Du monde au balcon

Expression peu élégante et pas très fleurie,  j’en conviens. Cependant, elle nous pose clairement la question du droit à l’aménagement et au jardinage sur les balcons et fenêtres.

Quels sont nos droits ?

Peut-on choisir à sa guise l’ornementation végétale et l’aménagement des balcons, terrasses et fenêtres de notre bien immobilier. Peut-on les occuper comme bien nous semble ?

Avant de développer il faut savoir que chaque ville ou copropriété peut avoir une réglementation spécifique. Du genre : dans la résidence « Les Bégonias » on ne veut pas de géraniums.

Plus sérieusement, dans une copropriété, un balcon peut être considéré comme une partie commune à jouissance privative. Une clause du règlement de copropriété peut vous interdire de mettre des végétaux sur vos balcons ou fenêtres.

Que vous soyez propriétaire ou locataire il existe des règles générales auxquelles se plier.

Des règles de sécurité et de bon voisinage.

  • Les jardinières et pots de fleurs doivent être placés à l’intérieur des garde-corps, ils ne doivent pas gêner l’ouverture des fenêtres.
    Le propriétaire des végétaux est responsable en cas de chute et d’accident provoqué par son installation.
  • Une plante grimpante ne doit pas s’inviter chez le voisin – surtout si c’est une plante carnivore, je plaisante. Elle ne doit pas non plus abîmer la façade de l’immeuble.
  • Il faut prendre garde aux écoulements intempestifs lors de l’arrosage. Vous seriez responsable des infiltrations.
  • Si vous avez la folie des grandeurs, et que vous souhaitez transformer votre espace proposé par le balcon, en yourte mongole fermée, sachez que vous ne pouvez pas construire librement.
    Par exemple, pour transformer un balcon en véranda, vous devez obtenir avant toute chose, l’accord de l’assemblée des copropriétaires et du service d’urbanisme de votre commune.
    De même l’élevage de poney Shetland peut s’avérer contraire au confort collectif du fait des nuisances sonores ou olfactives et de la présence d’animaux, sans compter que cela peut porter atteinte à la structure de l’immeuble.
    A ce propos, quel poids puis-je  mettre sur mon balcon ?
    Un balcon supporte en moyenne un poids maximal de 350 kg/m2.
    Soyez donc particulièrement attentif au poids de vos plantes en pot. Le poids de la terre trempée s’ajoute à celui du contenant.
    Renseignez-vous au préalable sur la résistance de votre balcon.
  • L’installation d’une parabole affectant les parties communes de la façade, il est nécessaire d’avoir une autorisation de la copropriété et d’informer le syndic des travaux envisagés, ceci par lettre recommandée avec accusé de réception.
  • Sachez qu’à Paris, mais aussi dans certaines grandes villes, il est interdit d’étendre son linge, même particulièrement propre, ceci pour des raisons esthétiques.  Si votre linge est visible de la rue, vous pouvez être verbalisé, donc, il faut savoir garder votre linge propre en famille !
Share your opinion! Post your thoughts.